Les fortes têtes du tennis

Retour sur ces tennismen pas toujours discrets pour cacher leurs émotions.

Le sport et sa nervosité, toute une histoire. Le duo est sans aucun doute inséparable et sujet à de multiples nouveautés en terme d’imagination et de créativité. Extérioriser la pression, la frustration ou encore l’agacement sont de nombreuses occasions qui peuvent donner lieu à ces fameux « pétages de plombs » sur les terrains. Lorsque la tension est à son comble, c’est là que les nerfs peuvent lâcher. Un sport en particulier met en lumière ces écarts : le tennis. Le plus souvent, la raquette est le souffre douleur du tennisman, même si arbitre ou encore public ont aussi le droit aux querelles avec les joueurs. Retour sur quelques habitués aux pertes de sang froid.

Benoît Paire

870x489_benoit-paire-us-open-francebleu.jpg

Notre français Benoît Paire, un talent rare mais qui à 27 ans, s’est construit une réputation de joueur indiscipliné. Cela ne date pas d’hier, on ne compte plus les raquettes cassées, les discutions houleuses avec l’arbitre et bien plus encore. Pour l’Avignonnais, chaque match a son parfum d’imprévu et peut à tout moment être motif de perte de contrôle. Les moments qui ont forgé cette image de joueur colérique sont nombreux : Wimbledon 2012 avec un cocktail insultes, jets de bouteille et de raquette, nullité de l’arbitre ; Wimbledon 2015 avec le shoot dans une chaise présente au bord du court ; la même année au tournoi de Benedetto où il s’était carrément arrêté de jouer en offrant aucune combativité pour finalement abandonner en ayant mené au score, ou plus récemment en 2016 à Roland-Garros où le Français s’était giflé à de nombreuses reprises lors de son second tour face à Teymuraz Gabashvili. L’actuel 39e mondial traîne comme un boulet ces épisodes de mauvais comportements et aura du mal à s’en défaire. C’est comme si plus personne ne s’étonnait de le voir dans ces états-là. En 2010, Patrice Dominguez le comparait à un « étalon mal dressé ».

Fabio Fognini

Théâtrale, mot qui caractérise bien le caractère de l’Italien Fabio Fognini, souvent associé à la fameuse Commedia dell’arte. Le tennisman nous gratifie de son côté très démonstratif de sa colère qui lui vaut bien souvent des avertissements de la part de l’arbitre. La légende des « pétages de plombs » a bien du mal à se retenir pour s’adonner à des scènes colériques plus fantasques les unes que les autres. Des insultes envers l’arbitre, des raquettes fracassées, des doubles fautes décisives, des fautes de pied ou encore des hurlements en ont fait l’un des joueurs les plus imprévisibles. L’irréparable à ne pas commettre avec l’ancien 13e mondial est l’erreur d’arbitrage. En 2014 face à Jo-Wilfried Tsonga, Fognini mène 7-5, 4-3 et obtient une balle de break. Service de Tsonga, annoncé à tord faute, le point doit donc être rejouer. Il n’en faut pas plus à Fabio pour perdre totalement ses moyens. Ce dernier ne gagnera plus le moindre jeu et laissera Tsonga s’imposer 5-7/6-3/6-0. En conférence de presse, le Français symbolisera par cette phrase son adversaire du jour : « Fabio, on le connaît. Parfois, il te donne des matches. Il est gentil. C’est pour ça qu’on l’aime bien. » Si le mari de Flavia Pennetta (vainqueure de l’US Open 2015) ne se résume sans doute pas à ça, son côté obscure lui si.

Mikhail Youzhny

mikhail-youzhny-raquette-explose-tommy-haas.jpg

A 34 ans et un meilleur classement de 8e mondial en 2008, Mikhail Youzhny est un des joueurs sanguins du circuit. Les superlatifs vont manquer pour décrire le Russe qui a sans doute marquer l’histoire de la perte de contrôle sur un court de tennis. Si le joueur est titulaire d’un doctorat de philosophie, il sera difficile de théoriser sa manière de se défouler. Grand habitué des raquettes non pas cassées mais martyrisées, Youzhny a écrit la légende de son sport en 2008 lors du Masters 1000 de Miami. Dans une rencontre tendu face à Nicolas Almagro, le Russe va perdre le contrôle et se frapper le crâne plusieurs fois avec sa raquette. Le match ira jusqu’à l’interruption Il réitérera cet exploit en 2015 à Roland-Garros face à Damir Džumhur. Le mental instable en a donc pris un coup, le philosophe Mikhail Youznhy restera dans les mémoires car difficile de faire pire réaction.

Nick Kyrgios

Le plus jeune, le plus précoce car à 21 ans, Nick Kyrgios est déjà 16e mondial et fait parti de la nouvelle génération talentueuse du circuit ATP. Ce n’est pas pour autant que l’Australien reste irréprochable. Image de bad boy qui lui colle à la peau, le fan des Boston Celtics ne cesse de briller par ses performances mais aussi par ses frasques. Il y a deux ans à Montréal, il avait créer la polémique lors d’un match face à Stanislas Wawrinka. Alors que les deux joueurs ont un échange verbal musclé, Kyrgios se retourne vers sa moitié de terrain et lâche : « Kokkinakis a b… ta copine, désolé de te le dire mec ». Le joueur fait référence à Thanasi Kokkinakis, ami de Kyrgios et lui aussi joueur du circuit. Si Wawrinka n’avait pas entendu la provocation de son adversaire, les joueurs se serait retrouvés après le match et en seraient presque venu aux mains. Suite à cette affaire, Kyrgios a écopé de 22 000 euros et presque un mois de suspension.

Vous avez donc cerné le personnage, le jeune talent est aussi adepte des brouilles avec les arbitres et parfois même les spectateurs. Il avait même effectué un combo il y a quelques mois, contre Mischa Zverev, avec au menu une querelle avec un spectateur et un match totalement laissé à son adversaire. L’ATP avait réagi par une amende de 9.000 euros pour «manque d’investissement», 4.500 euros pour injure envers un spectateur et 1.360 euros pour comportement antisportif. Nick Kyrgios a donc pris l’habitude de sortir le chéquier. Si cela ne l’empêche pas d’être performant, il devra passer outre ses sautes d’humeur pour devenir un grand joueur.

Alexandre D.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s