Fratries sportives

Ils sont de la même famille et ont réussi dans le sport, voici les fratries sportives.

Ils ont grandi ensemble, comme vous, ils se sont détestés, adorés, serrés les coudes, chamaillés jusqu’à se trahir mais, quelque chose reste, un lien fort les unis, ils sont de la même famille. Ce lien les a sans doute motivé à prendre part à la même envie de se surpasser, transpirer, s’entraîner, gagner jusqu’à devenir des sportifs de haut niveau. Ensemble ils ont atteint leur rêve, bien sûr, chacun a pris un chemin différent dans sa conquête des sommets. Parfois, ils exercent le même sport et deviennent donc adversaire mais quoi qu’il en soit, l’un comme l’autre s’encouragent mutuellement dans la quête de performance. Si le haut niveau est exigeant, il l’est décidément encore plus lorsqu’on entre dans cette sphère fraternelle. Le sport, ça reste une affaire de famille.

Renaud et Valentin Lavillenie

renaud-et-valentin-lavillenie_2538452.jpg
Photo : L’Express

Même club, même passion, même discipline, les frères Valentin et Renaud Lavillenie sont perchistes. Au départ, c’est leur père Gilles (record de 4m41), qui les a initié et leur a donné le goût de cette discipline.

L’un est devenu une icône de l’athlétisme français, recordman du monde, seul le titre de champion du monde manque à Renaud Lavillenie, vice-champion olympique à Rio il y a désormais plus de cent jours. Son petit frère Valentin, progresse de plus en plus et avait amélioré sa meilleure performance à 5m71, synonyme de qualification pour les Jeux Olympiques de Rio. Cependant, il ne verra pas le Corcovado, la France ne pouvait emmener que trois perchistes et ne l’a pas retenu.

Valerie et Steven Adams

selfie steven adams valerie.jpg

Ils sont nés à Rotorua en Nouvelle-Zélande mais le haut niveau, ils vont le connaître en décalé. Elle, c’est Valerie, 32 ans, spécialiste du lancer de poids avec une armoire à trophée qui déborde : quatre fois championne du monde en plein air, trois fois championne du monde en salle, quatre Diamond League, deux médailles d’or olympique auxquelles on ajoute une belle d’argent lors des derniers Jeux Olympiques de Rio.

Son petit frère s’appelle Steven, un palmarès bien moins fourni mais que voulez-vous, il n’a que 23 ans et joue dans un monde différent, la grande ligue de basket : la NBA, là où la balle orange prend une autre dimension. Premier néo-zélandais à être sélectionné au premier tour de la Draft, il commence de plus en plus à se faire une place outre-Atlantique, chez le Thunder d’Oklahoma City, emmené par son incroyable meneur de jeu Russell Westbrook. Le pivot a d’ailleurs effectué il y a peu, son quatrième double-double de la saison avec 14 points et 10 rebonds face au Knicks de New York.

Nacer et Rayane Bouhanni

rayane nacer bouhanni.jpg
LNC/Bruno Bade via velo101.com

Un des deux est plus connu du grand public, Nacer Bouhanni, est le grand frère de Rayane Bouhanni ; ils sont tous les deux coureurs cyclistes.

Le plus grand des deux a 26 ans et est devenu un des grands espoirs du cyclisme français, champion de France en 2012, vainqueur de trois étapes du Tour d’Italie et de deux du Tour d’Espagne en 2014, le sprinteur n’a pas encore réellement confirmé son potentiel et était forfait pour le dernier Tour de France. Son petit frère Rayane a six ans de moins, 20 ans, et donc bien le temps de se faire au monde du cyclisme professionnel. Il a déjà écrit quelques lignes à son palmarès, champion de France junior sur route et vice-champion de France junior du contre-la-montre, il y a deux ans. Les deux frangins roulent en famille, ils font tous deux parti de l’équipe Cofidis.

Martin et Simon Fourcade

Simon-et-Martin-Fourcade.jpg
lejdd.fr

Originaire de La Llagone, petit village des Pyrénées dont leur père est maire, les frères Fourcade se sont tournés tous les deux vers le biathlon, sport qui allie ski de fond et tir à la carabine.

Pour le plus vieux, Simon (32 ans), c’est une médaille d’or en championnats du monde et une en coupe du monde. Devinez quoi, c’est Simon qui a mis l’eau à la bouche à son frangin, qui débute le biathlon à 15 ans, l’élève dépassera finalement le maître.

Pour Martin donc, quatre ans le sépare de son frère et un palmarès à des années lumières, l’expression « long comme le bras » ne serait pas assez forte pour décrire l’ampleur de Martin Fourcade dans le biathlon. Littéralement ambassadeur de ce sport dans l’Hexagone, le natif de Céret baigne dans une collection de précieux métaux, 50 titres en coupe du monde en individuel, 21 en globes individuels, 10 en championnats du monde et 2 médailles d’or olympique, sans compter ses autres podiums avec notamment deux médailles d’argent aux JO.

Vitali et Wladimir Klitschko

Vitali-Klitschko-und-Wladimir-Klitschko.jpg

Je vous avoue que j’ai longtemps eu du mal à différencier les deux. Une chose m’a aidé, le grand frère Vitali après sa carrière sportive, a débuté une carrière politique et est d’ailleurs l’actuel maire de Kiev, capitale de l’Ukraine.

Les anecdotes, il y en a pas mal sur les Klitschko, ils ont chacun, par le passé, travaillé comme garde du corps. Autre anecdote, Vitali et Vladimir ont promis à leur mère de ne jamais s’affronter sur un ring.

Bref, trêve de bavardages, parlons sport. Vitali, 45 ans aujourd’hui, accumule 210 combats en amateur dont 195 victoires et un titre de vice-champion du monde en 1995. En pro c’est 47 combats, 41 KO pour seulement deux défaites, plusieurs fois champion du monde et champion d’Europe poids-lourds. Son frère a pris la relève juste derrière mais était déjà dans la boxe en même temps que son aîné. Il fut champion olympique en 1996 avant de passer professionnel avec son premier sacre mondial en 2000, lui aussi chez les poids lourds. Wladimir n’a pas du tout fait les choses à moitié pour reprendre le flambeau familial et a été invincible pendant onze ans, jusqu’il y a un an et sa défaite face à Tyson Fury, il était la légende vivante et champion incontesté du « noble art ». L’anglais Fury lui a tout pris, titres IBF, WBA et WBO, après 12 rounds acharnés et une défaite aux points. Rien n’effacera son incroyable domination et la dynastie Klitschko restera à jamais dans la légende de la boxe anglaise.

Kévin, Jonathan, Dylan et Olivia Borlée

borlée fratrie.jpg

Tous ont l’amour de la vitesse, tous s’entraînent en famille sous la houlette de Jacques, leur père, ils viennent de Belgique et sont une sacrée fratrie sportive.

Kévin et Jonathan Borlée (28 ans) sont frères jumeaux, spécialiste du 400m  et du relais 4X400m, leur frère Dylan les rejoindra par la suite dans cette discipline. Ils ont conquis un palmarès énorme et tout ça, ensemble. En effet, excepté les performances individuelles, les garçons Borlée gagnent en étant coéquipiers. Kévin et Jonathan sont, sur le 4X400m champions NCAA (championnat universitaire américain), vice-champions du monde en salle, et avec leur frère Dylan, double champions d’Europe en plein air et une fois en salle. Tous les trois ont fini au pied du podium (quatrièmes) des derniers Jeux Olympiques de Rio mais sont repartis avec le record de Belgique (2min58s52). Les trophées sont déjà très nombreux collectivement et le sont tout autant individuellement, chaque Borlée possède des médailles personnelles sur la scène internationale et des records nationaux.

Il ne faut pas oublier Olivia en parlant des Borlée. L’aîné (30 ans) de la famille est spécialiste du 100m, du relais 4X100m et de la longévité. Depuis 2006, elle n’a jamais manqué un podium sur 100m aux championnats de Belgique. Son meilleur résultat mondial est sa médaille d’or à Pékin aux JO de 2008, sur 4X100m. Cerise sur le gâteau, elle était porte-drapeau de la délégation belge à Rio il y a quelques mois.

Serena et Venus Williams

Serena-v-Venus.jpg

Comment parler des fratries dans le sport sans passer par la case Williams. Serena, 22 titres du Grand Chelem, Venus, 7 titres du Grand Chelem, toutes les deux sont déjà grimpé sur le trône de numéro une du tennis mondial. Ensemble, en double, 14 titres du Grand Chelem et 3 médailles d’or olympique.

Que dire, elles ont atteint les sommets seules et ensembles, rare sont les sportifs de la même famille a avoir tout gagné, il ne manque même pas une miette aux soeurs Williams qui ont dominé et dominent encore le tennis mondial, à 35 ans et 36 ans, elles ne s’arrêtent pas de briller.

En 2016 un trophée de plus est venu s’entasser parmi tous les autres, le gazon londonien leur a une nouvelle fois souri, sixième Wimbledon pour elles. Même si Rio a marqué la fin de leur invincibilité aux Jeux Olympiques, Venus et Serena n’ont pas encore dit leur dernier mot, adversaires ou partenaires, le musée du tennis va devoir ouvrir une immense salle pour y raconter leur histoire. Difficile sera le moment où elles tireront leur révérences.

Alexandre D.

2 réflexions sur “Fratries sportives

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s