Interview – François Barrer : « Les championnats du monde restent dans un coin de ma tête »

Entrevue avec l’athlète et demi-fondeur international français, François Barrer.

C’est lors d’une séance d’entraînement matinale que j’ai rencontré François Barrer, un des espoirs de l’athlétisme français. A 23 ans, il sait que 2016 est une année à oublier pour lui mais pas le temps de tergiverser, il se projette déjà. Une page qui se tourne et une nouvelle qui s’écrit aux côtés d’un nouveau coach et d’un nouveau groupe qui l’accompagnent dans sa quête de performances de haut vol.

Celui qui vit entre Lille, où il finit son Master de management du sport, et Reims, sa ville natale, espère retrouver les performances comme en 2015, où il avait réalisé la meilleure performance française sur 5000m. Mais comme tout compétiteur, François Barrer va plus loin dans ses objectifs et garde en tête, les championnats du monde à Londres l’an prochain.

Quels enseignements tires-tu de ta saison 2016 ?

Ça a été une saison un peu compliquée. Au final, je dirais que je n’ai pas trop d’explication. Les résultats n’ont pas été là. J’avais les bons entraînements mais j’ai toujours pas compris pourquoi ça n’avait pas été, et je pense que je ne comprendrais jamais. Les performances n’étaient pas là, je suis un peu dans l’incompréhension.

Tu étais donc satisfait des entraînements mais pas du rendu en compétition ?

Oui c’est ça. J’ai fais mes meilleurs chronos sur mes séances. Si je regarde par rapport aux années d’avant, j’avais amélioré mes chronos et même la facilité avec laquelle je les réalisais. Mais ça passait pas en compétition.

Dans un entretien à Track and Life, tu déclarais vouloir tenter les minimas sur 5000m pour les championnats d’Europe et peut-être même pour les Jeux Olympiques, es-tu déçu de ne pas y être arrivé ?

Oui, je n’étais pas prêt. A la fin de la saison, je n’étais pas déçu de pas être arrivé à cet objectif, j’étais déçu de ne pas avoir sorti au moins une performance. L’année d’avant j’avais fais une performance mais je m’étais blessé tout de suite après, donc j’avais pas encore pu exploiter la totalité de ce qu’on avait travaillé. Cette année, j’avais fais des séances qui valaient les minimas pour les championnats d’Europe. Pour les Jeux ça aurait été un peu plus compliqué mais pour les Europe ça aurait pu passer.
Au bout de deux-trois compètes à partir de mi-juin, j’ai vite compris que j’arriverais pas à retranscrire les séances réalisées. Du coup j’étais que dans la recherche de réaliser au moins une performance, mais elle n’est jamais arrivée.

img_2549-009

Les Jeux Olympiques restent dans un coin de ta tête ?

Oui oui, les JO si l’on considère qu’on part sur quatre ans, l’objectif à long terme ce sera les JO à Tokyo. Il y a des objectifs intermédiaires, mais les JO ça restera toujours un objectif.

Comment s’est déroulée ta reprise, avec notamment le 10km Paris Centre ?

J’ai un peu tout changé durant l’été. J’ai rejoint le groupe de Farouk Madaci à Reims et j’ai repris la course à pied à partir de mi-août. J’ai fais beaucoup de vélo et d’aquagym, plus que de course à pied. J’ai eu vraiment beaucoup de mal à reprendre par rapport à l’année qui s’est déroulée. Je n’avais pas encore envie de reprendre et j’ai vraiment repris début septembre avec mon nouveau groupe.

Après il y a eu le 10km de Paris, mais c’était en guise d’entraînement. C’était la sortie du dimanche matin mais en compétition.

Étais-tu satisfais de ton chrono ?

Oui très satisfait. Mon coach m’avait demandé de le faire de plus en plus vite. Je passe en 15’50 au 5000m et je finis en 31 minutes, ce qui fais 15’10 au deuxième 5000m donc j’ai respecté les consignes. A la fin je suis fatigué mais je ne suis pas mort, donc j’ai bien tout respecté, j’étais content.

Pourquoi cette décision de changer d’entraîneur ?

J’avais envie de changement, de nouveauté. Ça faisait quatre ans que j’étais avec Alain (Lignier) dans le Nord et que j’avais la sensation d’avoir fais le tour aux entraînements. J’avais vraiment envie de changement, je n’en avais pas marre mais je n’arrive pas vraiment à expliquer, j’avais envie de nouveauté pour bien me relancer dans le haut niveau.

img_2765-029

Tu fais donc parti d’un nouveau groupe, composé notamment de Vincent Luis.

Oui il y a Vincent, il y a également le belge Tarik Moukrime, qui a déjà fait 3’35 sur 1500m, Benjamin André aussi est là, on a un bon groupe de tous les niveaux donc c’est niquel. Je m’y plais vraiment au niveau de l’ambiance, au niveau de tous les niveaux. J’avais aussi un très bon groupe à Lille mais je me plais aussi très bien dans mon nouveau groupe.

IMG_2913-019.jpg

Qu’est-ce que t’apporte le groupe ?

C’est compliqué comme question (rires). Il y a une bonne ambiance à tous les niveaux, on est vachement dans l’entraide. Il n’y en pas un de nous qui va vouloir assurer une séance à vouloir être devant et à vouloir nous distancer. On est toujours tous ensemble, bien sûr des fois avec des écarts d’allures, mais il y a une super ambiance. On s’entend bien, on apprécie courir ensemble et se soutenir ensemble, on cherche qu’une chose, c’est que les autres perf’, que moi je perf’ mais aussi que les autres du groupe perf’.

Comment tu abordes la saison de cross ?

Sans objectif. En début de saison on s’est posé la question, avec mon coach, de savoir si on préparait déjà les Europe de cross ou non, si on se concentrait vraiment sur la qualification ou si on se concentrait seulement sur l’été. On en a conclu qu’on se concentrait seulement sur l’été.
Je vais prendre part le 20 novembre à la qualification pour les Europe de cross, mais sans réel objectif. Si je me qualifie, tant mieux, si je ne me qualifie pas c’est pas grave.

Cet hiver la campagne de cross régionaux, ce sera vraiment un travail pour cet été.

Tu seras tout de même présent aux championnats de France ?

Oui, je vais faire toute la campagne de cross possible. On s’est pas fixé comme objectif de faire une performance aux championnats de France de cross. Forcément je vais vouloir faire une performance aux France de cross, mais ce ne sera pas un objectif en soi. Ce sera vraiment dans le cadre du travail de l’été. Les vrais objectifs seront cet été. Je vais prendre part aux cross avec l’envie, la détermination, mais c’est juste qu’on s’est pas fixé d’objectif dans le cross.

Tes objectifs pour 2017 ?

Ça va être de de nouveau perfer. J’ai une saison très compliquée donc ça va être de nouveau perfer et trouver de la régularité. C’est un constat qu’on a fait, c’est que j’avais un peu perdu en régularité. J’arrivais à faire une perf une fois mais à part ça j’étais pas très régulier au niveau des compétitions. Il faudra donc retrouver cela.

Quelle compétition tu vises en particulier ?

Au niveau national, ce sera les championnats de France élite. Puis forcément, les championnats du monde à Londres restent dans un coin de ma tête.

Ton meilleur chrono sur 5000m, 13 minutes et 47 secondes (meilleure performance française de l’année 2015), t’es-tu fixé une échéance pour le battre ?

Oui cet été. J’espère le battre, si je ne le bas pas je serais déçu. C’est forcément important que je le batte, pour les championnats du monde si j’y vais, les minimas seront forcément plus bas. J’espère donc le battre, même pour ma satisfaction personnelle c’est important.

Merci François et bon courage pour la suite.

img_2471-025

Alexandre D. | lespritsportif.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s