Équipe olympique des réfugiés – Présentation

Ils sont dix et viennent à Rio sous bannière olympique, une équipe de réfugiés va concourir lors de cette 31e édition des Jeux Olympiques modernes. Le CIO a débloqué deux millions de dollars pour que ces dix athlètes puissent vivre et se préparer à la plus prestigieuse des compétitions dans de bonnes conditions. Ils étaient au départ 43 mais la liste s’est réduite à 10, dix athlètes susceptibles d’avoir la capacité d’être au niveau d’un tel événement que les JO, tout en ayant évidemment le statut officiel de réfugié, vérifié par l’ONU. Ils seront donc deux judokas congolais, deux nageurs syriens, cinq athlètes sud-soudanais et un athlète éthiopien. Ce ne sont évidemment pas des novices, tous ont du réaliser les minimas olympiques pour pouvoir prendre part à cette olympiade. Mais qui sont-ils ? Présentation.

Yolande Mabika

Age : 28 ans

Pays d’origine : République démocratique du Congo
Pays hôte : Brésil
Discipline : judo

Séparée de ses parents pendant la deuxième Guerre du Congo, Yolande Mabika a été emmené dans une maison pour enfants de Kinshasa. Elle a débuté le judo et n’a plus jamais arrêté. Maltraité par son entraîneur, elle a fui son hôtel lors des championnats du monde 2013 à Rio et a pu se réfugié au Brésil. Son entraîneur est aujourd’hui Flavio Conto, judoka brésilien médaillé de bronze à Athènes en 2004. A Rio, la congolaise n’a qu’un souhait, que sa famille l’a voit à la télévision et qu’ils puissent être enfin réunis.

Popole Misenga

Age : 24 ans

Pays d’origine : République démocratique du Congo
Pays d’accueil : Brésil
Discipline : judo

Popolo Misenga a passé huit jours dans la forêt à l’âge de neuf ans avant d’être trouvé et secouru. La suite de son parcours est un peu similaire à sa compatriote, Yolande Mabika. Il est emmené dans un centre pour enfants et découvre le judo avant lui aussi de subir les mauvais traitements de son entraîneur. Tout comme Mabika, il est présent à Rio en 2013 pour les mêmes Championnats du monde, il ne repartira plus et pourra devenir réfugié au Brésil. Cela faisait deux ans qu’il n’avait plus revêtu un kimono, mais sa détermination et son courage sera un élément clé lors de ces JO.

Rami Anis

Age : 25 ans

Pays d’origine : Syrie
Pays hôte : Belgique
Discipline : natation, 100m papillon

En 2011, Rami Anis a du fuir son pays, la Syrie, pour se réfugier à Istanbul, en Turquie. Il a grandi à Alep et a commencé la natation à l’âge de 14 ans. C’est à 20 ans qu’il quitte la deuxième ville syrienne, il en a désormais 25. La natation, il n’a jamais arrêté et aux JO il se présentera sur sa distance fétiche, le 100 mètres papillon. Après la Turquie, il a rejoint dans un canot pneumatique, l’île grecque de Samos avant de continuer son chemin vers la Belgique, où il réside désormais avec le statut de réfugié qu’il a obtenu en décembre dernier. Il a aujourd’hui l’occasion de se consacrer entièrement à la natation avec, neuf séances par semaine sous les ordres de Carine Verbauwen, ancienne championne belge de natation.

Yusra Mardini

Age : 18 ans

Pays d’origine : Syrie
Pays hôte : Allemagne
Discipline : natation, 200m nage libre

A 18 ans seulement, Yusra Mardini a déjà été nageuse professionnelle. Présente en 2012 aux championnats du monde, où elle a représenté son pays, la Syrie. A Rio, elle sera sous bannière neutre avec les autres membres de l’équipe de réfugiés. L’histoire de la jeune femme est incroyable. Elle fuit l’an passé sa ville natale de Damas, elle et sa sœur passent par le Liban, la Turquie puis elle embarque pour Lesbos, une île grecque. Yusra, sa sœur et une troisième femme sont les seuls personnes sachant nager à bord de l’embarcation. Le bateau tombe en panne, les trois femmes vont donc pousser le bateau pendant plus de trois heures pour enfin arriver à destination. Désormais réfugiée politique en Allemagne, elle va participer aux Jeux Olympiques de Rio sur le 200 mètres nage libre.

Yonas Kinde

Age : 36 ans

Pays d’origine : Éthiopie
Pays d’accueil : Luxembourg
Discipline : athlétisme, marathon

Réfugié au Luxembourg en 2012 (avec l’obtention du statut en 2013), Yonas Kinde a fui l’Éthiopie il y a presque cinq ans maintenant. Il sera présent sur l’épreuve du marathon, sa meilleure performance date de l’an passé où il avait couru fin 2015 en 2h17 et 31 secondes.

Paulo Amotun Lokoro

Age : 24 ans

Pays d’origine : Sud-Soudan
Pays hôte : Kenya
Discipline : athlétisme, 1500m

Paulo Amotun Lokoro était berger au Sud-Soudan et a découvert l’athlétisme au Kenya, après avoir été obligé de fuir la guerre dans son pays. En 2015 il est repéré par un entraîneur et commence à s’entraîner à 100% à Nairobi. Coaché aujourd’hui par Tegla Loroupe, ancienne athlète kényane détentrice de nombreux records du monde et vainqueure de nombreux marathons, Amotun Lokoro a déclaré avoir qu’un seul objectif à Rio, décrocher l’or.

James Nyang Chiengjiek

Age : 28 ans

Pays d’origine : Sud-Soudan
Pays d’accueil : Kenya
Discipline : athlétisme, 400m

Comme son compatriote Paulo Amotun Lokoro, James Nyag Chiengjiek a du quitter le Sud-Soudan, s’est réfugié au Kenya et en 2013, il rejoint le groupe d’athlète de la Fondation pour la Paix de l’athlète kényane Tegla Loroupe. Avant ça, vers l’âge de 11-12 ans, il perd son père, tué au combat lors de la Guerre civile soudanaise. Il s’est échappé au Kenya où il a donc trouvé refuge. Sélectionné dans l’équipe des réfugiés pour ces Jeux Olympiques de Rio, il sera présent sur le 400m.

Yiech Pur Biel

Age : 21 ans

Pays d’origine : Sud-Soudan
Pays d’accueil : Kenya
Discipline : athlétisme, 800m

C’est avant ses 10 ans que Yech Pur Biel s’est retrouvé dans un camp de réfugiés au Kenya. Spécialiste du demi-fond, le tout jeune sud-soudanais est le deuxième athlète le plus jeune de l’équipe mais compte bien montrer qu’il s’est courir. Il souhaite, comme tous ses coéquipiers, tout donner pour donner de l’espoir à tous les réfugiés de la planète.

Rose Nathike Lokonyen

Age : 23 ans

Pays d’origine : Sud-Soudan
Pays d’accueil : Kenya
Discipline : athlétisme, 800m

C’est lors d’une course organisée entre écoles kényanes que Rose Nathike Lokonyen termine deuxième d’un 10km et se découvre un talent pour la course à pied. Elle sera présente sur 800m à Rio.

Alexandre D.

Photo : mashable.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s